Hotel California

Plusieurs versions de cette chanson dédiées (!) aux fans : Pour Laurence et Stéphan… fans de « The Big Lebowski », Nicolas, fan des Gipsy King , Valérie et son délire sur Arpeggio…   Pour Véronique, qui aime chanter « Diego » (avec également une belle intro de guitare), et qui pourra chanter maintenant Hotel California sur la version originale des Eagles :   Pour Nathalie, après avoir pris sa Chnouf,… chantera la version reggae de Bob Marley   Pour Louise, une version interprétée uniquement par des femmes… 😉   Pour Denise qui pourra prochainement bercer son bébé :   La version « Heavy Metal » pour les corrosionnistes bien sûr : Xavier, Guillaume… désolé, je n’ai pas trouvé la version “concrete music”   Ma version préférée, jouée en live dans l’émission de TV américaine « MTV Unplugged », avec une belle intro de plus d’une minute qui n’existe pas dans la version originale : pas de guitare électrique ni batterie, mais des guitares acoustiques, percussions et maracas :   Une version live de 1977, guitares électriques et batterie… l’un des plus beaux solos de guitare aussi… :   Pour finir, Hotel California est apparemment « inspirée » de la mélodie de la chanson « We Used To Know » du groupe  Jethro Tull, qui ne s’en est toutefois jamais offusqué. A découvrir :  

Canon Rock

Canon (Pachelbel) : version classique ou Rock (guitare électrique) ? Vous connaissez la version « classique », cette pièce de musique de chambre écrite par Johann Pachelbel :   Jerry Chang  (Connu sous le nom de JerryC), est un guitariste taïwanais qui a fait un arrangement Rock de cette musique : « Canon Rock« .  Un jeune Coréen, Lim Jeong-hyun ( pseudo : FunTwo), reprendra cette musique en la diffusant sur YouTube et permettra ainsi de faire connaitre cet arrangement et JerryC de se faire un nom. Il existe d’autres version adaptées par le français MattRach ou le coréen Sungha Jung. En bonus, une version « à la règle » !  

Somebody That I Used to Know – Gotye… et les autres

Vous connaissez la chanson « Somebody that I used to know » de Gotye, dans sa version originale, avec un clip original : Vous ne connaissez peut être pas cette reprise à 5 et…. 1 guitare par « Walk off the Earth » : Il existe même les parodies de cette reprises, à voir en suivant ce lien. Vous ne connaissez peut être pas non plus cette reprise à 9 ? … ah, non, il est tout seul ! Il s’appelle Matthias Harris et tout est « a cappella »… très fort. Cette dernière vidéo n’est pas une reprise, mais une version live de Gotye… sympa.   et en bonus… les paroles en français : De temps en temps je repense à quand nous étions ensemble Comme quand tu as dit que tu étais si heureuse que tu pourrais en mourir Je me suis dit que tu étais celle qu’il me fallait Mais je me sentais si seul en ta compagnie Mais c’était de l’amour et c’est une douleur dont je me souviens encore On peut devenir accro à une certaine forme de tristesse Comme de la résignation à la fin Toujours la fin Ainsi, quand nous avons constaté que ça n’avait plus de sens d’être ensemble Et bien tu as dit que l’on pourrait toujours être amis Mais je reconnais que j’étais content que ça se termine Mais tu n’avais pas besoin de m’écarter De faire comme si ce n’était jamais arrivé Et qu’il n’y avait rien eu entre nous Et je n’ai même pas besoin de ton amour Mais tu me traites comme un étranger Et ça me semble si cruel Non, tu n’avais pas à te rabaisser à ce point Jusqu’à envoyer tes amis récupérer tes CDs Et puis changer ton numéro Ceci dit, je n’en ai pas besoin, Maintenant tu es juste quelqu’un que j’ai connu Maintenant tu es juste quelqu’un que j’ai connu De temps en temps je repense à toutes les fois où tu m’as rabaissée Mais tu m’as fait croire que c’était toujours à cause de quelque chose que j’avais fait Et je ne veux pas vivre de cette façon Interprêter chaque mot que tu dis Tu disais que tu pouvais arrêter Et je ne voudrais pas te surprendre accroché à quelqu’un que tu as connu… Mais tu n’avais pas besoin de m’écarter De faire comme si ce n’était jamais arrivé Et qu’il n’y avait rien eu entre nous Et je n’ai même pas besoin de ton amour Mais tu me traites comme un étranger Et ça me semble si cruel Non, tuu n’avais pas à t’abaisser autant Jusqu’à envoyer tes amis récupérer tes CDs Et puis changer ton numéro Ceci dit, je n’en ai pas besoin, Maintenant tu es juste quelqu’un que j’ai connu Que j’ai connu Ce que j’ai connu Quelqu’un…

With A Little Help From My Friends – The Beatles vs Joe Cocker

With a Little Help from My Friends est une chanson des Beatles, écrite par John Lennon et Paul McCartney, spécialement pour Ringo Starr (et de telle façon qu’il puisse la chanter sans forcer sa voix). La chanson est une sorte de dialogue entre le chanteur et les choristes, sous la forme de questions/réponses. Cette chanson apparaît dans l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band en 1967. La version des Beatles : Cette chanson a été reprise par Joe Cocker sur un rythme différent, dans son premier album ; je vous propose ci-dessous 2 versions à 33 ans d’intervalle. Joe Cocker en concert, le 3 june 2002, lors du « Queen’s Golden Jubilee » avec Phil Collins à la batterie et Brian May à la guitare : Mais aussi Joe Cocker en 1969 à Woodstook : Pour ceux qui regardaient déjà la télévision à la fin des années 80, vous vous rappellerez peut être aussi de cette série qui passait sur M6 : « Les Années coup de cœur » (The wonder years). Une série diffusée à partir de 1989 qui parlait des souvenirs d’un adolescent pendant la période 1968-1973 aux USA : sa vie d’adolescent (famille, école, relations amoureuses… ) mais aussi tous les évènements de cette période (Vietnam, Woodstock, Watergate…). With A Little Help From My Friends était aussi la  chanson du générique de la série , interprétée par Joe Cocker. Le générique de la série « Les Années coup de cœur » :

Over the Rainbow – Judy Garland vs Israel Kamakawiwo’ole (IZ)

En 1939, Judy Garland interprète Over The Rainbow dans le film Le Magicien d’Oz. L’actrice a chanté cette mélodie toute sa vie, à la demande du publique, lors de ses apparitions publiques. C’est une chanson qui évoque les rêves et les espoirs de la jeunesse. L’American Film Institute (AFI), place en 2004 cette chanson sur la première marche du podium des 100 plus grandes chansons du cinéma américain. En 1989, dans son album Ka`Ano`I, le chanteur hawaiien Israel Kamakawiwo’ole (appelé aussi IZ) reprend cette chanson dans un medley, Over the Rainbow / What a Wonderful World, en s’accompagnant au ukulélé. Ce titre sera de nouveau repris dans son album Facing Future en 1993. Ce titre aura un succès international important et sortira de nouveau en single en 2010, treize ans après sa disparation. La version de Judy Garland La version d’Israel Kamakawiwo’ole (IZ) et puis… l’interprétation d’une petite fille, Connie Talbot, agée de 6 ans en 2007, dans une émission de télévision anglaise, Britain’s Got Talent : En bonus, sur une proposition de Stéphan : une autre version de la vidéo de Judy Garland, mais avec les paroles des Gimmes (Me First and the Gimme Gimmes). Très drôle et très réussi :  … et la version live de la même chanson par Me First and the Gimme Gimmes :

Feeling Good – Nina Simone vs Muse

La chanson Feeling Good, tirée d’une comédie musicale : The Roar of the Greasepaint – The Smell of the Crowd , est probablement connue grâce à la version interprétée par Nina Simone en 1964 : Une chanson plusieurs fois reprise notamment par le groupe anglais Muse. Muse a interprété cette version parce que la mère de Matthew Bellamy, le chanteur du groupe, adorait cette chanson (gentil garçon  😉 ). Belle reprise, en concert : Vous trouverez aussi sur ce site une autre page avec une playlist de Muse

Ces gens là (Brel) – Les autres (Abd al Malik)

C’est une reprise « partielle » de Chez ces gens là qu’ Abd al Malik fait dans sa chanson Les autres. Une reprise réussie, a sa manière, sans essayer d’imiter Brel, puis il poursuit sur sa chanson et sur ce qu’il a à dire… La version originale de Chez ces gens là de Jacques Brel : En prime, Gibraltar, une autre belle chanson d’ Abd al Malik : une version en concert, un mélange de jazz et de slam très réussi.

Silenzio d’Amuri

Une chanson du sicilien Alfio Antico : Silenzio d’Amuri (Silence d’amour) que l’on retrouve dans le film Tous les soleils de Philippe Claudel. Philippe Claudel illustre par ce film cette citation extraite de son livre Les âmes grises  « On sait toujours ce que les autres sont pour nous, mais on ne sait jamais ce que nous sommes pour les autres » : un père veuf, sa fille en pleine crise d’adolescence et son frère peintre anarchiste un peu fou; une jeune fille qui cherche à s’épanouir et qui va, avec la complicité de son oncle, forcer le destin d’un père protecteur qui a du mal à reconstruire sa vie. Un film drôle et dramatique, qui mêle la vie et la mort, la tendresse, la générosité et l’amour. La chanson Silenzio d’Amuri  accompagne la dernière scène de ce film, pleine d’émotion, de tendresse et d’espoir. Une invitation au bonheur… Attention : regardez cette vidéo uniquement si vous souhaitez revoir cette fin de film, mais ne le faites pas si vous envisagez de voir le film ! Stefano Accorsi (acteur principal du film) interprète cette chanson, accompagné par l’ensemble L’Arpeggiata En complément, une autre chanson de ce film :  Tu bella ca lu tieni lu pettu tundu (Tarentella) Elle est également interprétée à la fin du film par  l’ensemble L’Arpeggiata (la vidéo reprend les 2 chansons). … et la bande annonce du film ( Tous les soleils ) qui vous montrera aussi quelques extraits plein d’humour :

Parachute / L’éclipse – Sean Lennon et -M-

Sean Lennon ( le fils de John Lennon et Yoko Ono) a sorti en septembre 2006  l’album Friendly Fire qui contient la chanson  Parachute . En avril 2007,  un remix et une traduction de cette chanson,  voit le jour : L’éclipse Cette version est réalisée par -M- (Matthieu Chedid) et sera chantée en duo par Sean Lennon et -M- Vous trouverez ces deux versions ci-dessous :